Vous êtes ici : Le Vrétot > La commune

Présentation

 

Présentation de la commune

 

La commune de Le Vrétot se situe dans le canton de Bricquebec; elle est incluse dans la Communauté de Communes du Coeur du Cotentin.

 

Au 1er Janvier 2015, elle compte 635 habitants.

Il y a 244 résidences principales et 60 résidences secondaires.

 

Les habitants et habitantes sont les Vrétotais et Vrétotaises.

 

Située sur la route de Bricquebec à Barneville-Carteret, les plages les plus proches sont Baubigny à 8 kms ou Barneville-Carteret à 12 kms environ.

 

Origine du nom LE VRETOT

 

Du mot scandinave topt devenu tot, le domaine. Le premier élément semble être le nom d'homme anglo-saxon Ulvricus/Olvricus d'où les formes anciennes Ovretoh, Ouvritot interpétrées par la suite, au Vrétot, d'où la forme actuelle.

 

C'est une commune rurale :

 

- boisée et vallonnée, elle est très étendue avec un territoire de 2056 hectares comprenant un habitat dispersé, composé de petits ou grands hameaux, ou bien d'habitations isolées : nous trouvons de nombreux lieux-dits dénommés "Hôtel"  (Hôtel Laignel, Hôtel Launay, Hôtel Désert, Hôtel Bontemps........)

Le nom vient de "hôtes", ceux qui viennent s'installer sur une parcelle défrichée que leur cède le seigneur contre des redevances.

C'est donc la maison de l'hôte, il s'agissait à l'origine de simples cabanes.

 

 - ses 72 kilomètres de chemins ruraux offrent de nombreuses possibilités de randonnées.

 

- boisée :

Elle attire les chasseurs avec ses 200 ha de forêts privées, mais également les pêcheurs puisqu'elle est traversée par la Scye qui reçoit le ruisseau Beautrain et la rivière Le Coisel sur la rive droite, et sur la rive gauche la rivière Le Pommeret et le ruisseau de La Venouerie.

 

- vallonnée:

son territoire culmine de 18 mètres à 127 mètres d'altitude (altitude moyenne environ 50 mètres).

 

A découvrir:

 

Eglise Notre-Dame des Anges (19ème siècle) :

avec son clocher octogonal orné de 4 anges qui présentent les vertus de la Vierge Marie (les fleurs de lys, le rosaire, la couronne et le sceptre, la banderolle gravée "Ave Maria").

Elle abrite de très belles statues :

Vierge à l'enfant (XVème) ;

Le Rétable aux 12 Apôtres (XVème);

Le Rétable en bois du Rosaire (XVIIIème).

Le reste du mobilier est de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème (statues de Saint Michel Archange, de Saint Jean Baptiste, de Saint Joseph et l'Enfant Jésus, Sainte Marie-Madeleine Postel)

 

Il existe trois croix de chemin sur la commune:

La Croix Morain : le croisillon, le fût et le dé sont du 17ème.

La Croix Pollet (granit)

La Croix de Grâce.

 

Quelques belles demeures privées :

- Le Manoir du Val Jouet

- Le Manoir de Malassis (17ème)

- Le Manoir de Lanquetot

- Le Manoir du Danois (16ème)

- Le Manoir de l'Etablerie

 

Anciens moulins :

- Le plus important , le moulin seigneurial du baron de Bricquebec, situé sur la rivière Le Pommeret au lieu-dit "Le Moulin", aujourd'hui devenu maison d'habitation,

- le moulin Hérauville,

- le moulin du Coisel,

- le moulin de La Boissellerie,

- le moulin de Malassis.

 

Au lieu-dit "Les Castillons", d'où l'on aperçoit la mer, l'archéologue Charles de Gerville a indiqué les traces d'un camp romain inachevé (sans enceinte).

 

Pont romain dit "Pont de Malassis"

 

 

A la ferme de La Boissellerie, il existait autrefois une laiterie :

En effet, en 1911, les propriétaires de la ferme ont signé un bail avec la Société dite "Laiterie Coopérative du Domaine de la Chesnée" ayant son siège social à Rauville La Bigot, représentée par son Directeur Monsieur Henri CLAUDEL, à l'effet d'établir une laiterie-fromagerie ou beurrerie et un poste de ramassage de lait avec quatre ramassages à chevaux.

Cette laiterie a fonctionné quelques années et à sa disparition, l'exploitation agricole a retrouvé sa place.

 

Ancien four à chaux au lieu-dit "La Boissellerie".

 

Personnages connus :

 

Auguste CHAPEY (1885-1917), fils d'un cultivateur et d'une institutrice du Vrétot, avocat à Valognes. Mobilisé en 1914, capitaine, il s'était proposé vainement de défendre les 4 caporaux de Souain. Il est mort en 1917 près de Verdun d'un éclat d'obus.

 

Alexandre DURAND (1869-1954), né au Vrétot, passionné d'optique et de mécanique, il construit son 1er microscope en 1910 et, pendant la guerre 14-18, réalise les premières lunettes de visée pour fusils de chasse et de guerre. En 1930, il créé la fameuse loupe binoculaire qui porte son nom. Tous les scientifiques et laborantins ont utilisé son matériel.

 

Heinz HELLMICH (1890-1944), général allemand commandant la 243ème division d'infanterie cherchait à rejoindre le Sud Manche. Installé au Manoir de Malassis, il est tué le 17 juin 1944 par un tir de chasseur-bombardier (ou dans sa voiture par une grenade d'un parachutiste américain à proximité du Manoir, selon une autre source).

 

Hermann QUERU (1889-1978), écrivain spécialiste de Barbey d'Aurevilly et de La Varende. Né à Paris, il a passé sa jeunesse dans la Manche, notamment au Vrétot où sa mère était institutrice. Auteurs de nombreux ouvrages sur la Normandie, il a obtenu le prix littéraire du Cotentin en 1968.

 

 

 

 

Retour haut de page